A propos de nous

Spectacles, textes, marionnettes, costumes et décors
mise en oeuvre, en mots, en volume et en espace
mise en scène, en musique, en lumière et en jeu
en livre et en CD
par
Sylvain Beche, Dominique Berthier, Colette Besson, François Bihorel, Johanna Couineau, Marie Dubois-Gilles, Sandrine France, Benjamin G, Sigolène Galand, Catherine Gorichon, Olivier Gorichon, Claire Grosbois, Catherine Herchin, Titane Houben, Fleur Lemercier, Patrick Perreaux, Eve Ragon, Eliane Ramis, Sandrine Richier, Ariane Roger, Philippe Ruet, Céline Ruget, Sadie, Florent Sanlaville, Yvette Thibault-Verrier, Elysabeth Tonini, Solange Vincent (Atelier Nuages), Julien Wolga, Arnaud Zeller.

sans oublier :
Coté administration, diffusion, graphisme et communication
Marie-France Favier, Camille Achard, Johanna Couineau, Emilie Dubray, Nicolas Ginet, Lucie Mahé, Christophe Pichon, Eve Ragon, Emilie Roque, Eliane Ramis, Alain Sauzay, Aurore Toeloose, Benjamin G,
crédit photo :
Béatrice Delepine, Christian Génin, François Desautels, Georges Testud, Loïc Cauchy, Nicolas Ginet, Zitoon.
mis sur le web par ElRod (Rodrigue Bernard)
avec le soutien de Sandrine Marcherat-Nibel, Guy, Océane et Alicia
et les partenariats avec :
Point Virgule et Saveurs Nature
La Compagnie est subventionnée et hébergée par la municipalité de Villefontaine
a reçu des aides du Conseil Général de l'Isère, et de Jeunesse et sports
Retour à la liste

Triptyque : vies des tranchées, vies tranchées

Carnet de Poilu / Gris-vert et azur / Expo "la guerre comme un jeu"

Parler de la guerre de 14 pourquoi ?
"Celui qui ignore son passé est condamné à le revivre"
(Winston Churchill)

Comment en parler ?
"Vis comica" par le rire,
avec humour, distance pour retrouver la poésie des hommes.



Avec le temps, cette période entre dans une forme de légende qui concerne chaque communee, chaque famille française. Et aussi chaque famille dans les pays impliqués.
C’est ce qui rend le thème difficile.
Il est chargé de l’histoire apprise dans les livres et de la responsabilité des puissants,
mais surtout de l’histoire de chaque humain qui a vécu les atrocités innombrables et les absurdités de cette période que je dénonce.
C’était nos aïeux proches.
Grands-parents ou arrières-grands-parents, nous les avons connu parfois.
Dans cette horreur que j’aborde il y a une lumière qui me guide :
mes 2 grands-pères étaient dans des camps opposés,
l’un français et l’autre allemand, et je suis là,
car mes parents, comme des Roméo et Juliette contemporains ont fait le pari que la force de leur amour allait dépasser les haines et les rancoeurs.

C’est la période pour aborder ces événements
et permettre à la parole recréée et enfin apportée sur les faits, les émotions, de continuer le travail de guérison de la mémoire collective.
Car “celui qui ignore son passé est condamné à le revivre”.

fil rss